top of page
balade-Leonberg-par-le-pied-a-la-patte.jpg

le pied à la patte

Le blog sur l'éducation canine et le bien-être de votre chien 

Comment faire accepter les soins quotidiens à son animal de compagnie ? Les Bienfaits des Soins Coopératifs !


chien sous tapis

Votre chien se sauve à la simple vue de la brosse ? Vous avez toutes les peines du monde à lui administrer son traitement lorsqu’il est malade ? Le stress qui découle de ces situations est nuisible à la fois pour vous et pour l’animal, alors comment y remédier ? La technique des soins coopératifs, aussi appelée medical training, vise à diminuer l’anxiété provoquée par les actes médicaux ou les soins d’hygiène. Basée sur les méthodes d’entraînement dites positives, elle permet d’obtenir le consentement de l’animal, ce qui de surcroît renforce la communication et la confiance au sein du binôme maître/chien.


Une technique de soin qui respecte le bien-être animal


La technique du medical training a initialement été appliquée dans les années 1970 pour soigner les mammifères marins dans les grands parcs aquatiques des États-Unis. L’objectif était de diminuer le stress des cétacés dû à la contention physique ou chimique, comme l’injection de produits anesthésiants potentiellement dangereux pour eux.


À cette même époque, la notion du bien-être animal était introduite par la loi fédérale américaine du 24 août 1966, Animal Welfare Act, protégeant les chiens, les chats et les animaux destinés à des fins expérimentales comme les chimpanzés. 

Le BEA (Bien-Être Animal) est aujourd’hui largement reconnu dans le monde, et l’on peut considérer que le medical training est une approche qui représente assez bien l’esprit des 5 fondements évoqués par l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) au sujet des libertés des animaux : 


  • Absence de faim, de soif et de malnutrition ; 

  • Absence de stress physique et thermique ;

  • Absence de douleurs, de lésions et de maladies ;

  • Liberté d’expression d’un comportement normal de son espèce ;

  • Absence de peur et de détresse.


Les principes de la coopération aux soins avec le chien


L’apprentissage des soins coopératifs


Les soins coopératifs sont un ensemble de techniques visant à obtenir le consentement du chien avant toute manipulation, que ce soit pour son hygiène ou pour des soins médicaux. Comme un sportif de haut niveau, la méthode vise à entraîner l’animal par des exercices répétitifs, afin de l’amener petit à petit à collaborer aux soins de manière naturelle, sans qu’il soit nécessaire de le contraindre. Ainsi libéré du stress, les séances de soins quotidiens deviennent agréables pour l’animal et pour son maître, qui n’a plus à user de stratagèmes pour soigner son fidèle compagnon.


Pour quels types de soins ?


La coopération aux soins peut être travaillée pour tout type d’intervention sur l’animal, allant du simple brossage au toilettage, en passant par le nettoyage des yeux, des oreilles et des dents. La méthode s’applique également aux gestes pratiqués pour la santé de l’animal : prise de température, administration de médicaments, de collyre, traitement anti-puces, etc. Les visites chez le vétérinaire peuvent aussi être mieux appréhendées par l’animal grâce aux soins coopératifs. 


Tous les chiens sont-ils concernés ?


Comme les humains, les chiens possèdent leur propre personnalité. Certains se montrent dociles lorsqu’on s’occupe de leur hygiène ou de leur santé, quand d’autres ne pensent qu’à s’enfuir et se réfugier derrière les meubles à la simple vue d’un comprimé. La méthode des soins coopératifs présente l’avantage de s’adresser à tous les chiens, jeunes ou moins jeunes, toutes races confondues. L’idéal, bien entendu, est de débuter dès l’accueil du chiot, pour l’habituer aux gestes et aux objets. Cependant, il est possible d’obtenir des résultats avec un chien plus âgé qui rechigne à se faire ausculter ou toiletter. 


Quels sont les avantages de la méthode ?


brossage d'un chien leonberg
Séance de brossage pour Plymouth

Des séances de soins facilités

Le chien entraîné est plus calme et coopératif, car il n’a plus d’appréhension, ce qui facilite grandement la vie de son maître pour administrer les soins.


Moins d’anxiété lors des visites chez le vétérinaire

Les séances chez le vétérinaire sont moins stressantes pour l’animal habitué aux gestes techniques et au matériel médical. Les risques de morsures et de griffures sur le professionnel sont par conséquent limités.


Une confiance renforcée

La communication mise en place entre le propriétaire et son chien lors des séances d’entraînement renforce la confiance du binôme. Chacun comprend et respecte les attentes de l’autre.


L’entraînement aux soins coopératifs, comment s’y prendre ?


Vous doutez de vos compétences ? Dites-vous que si des soigneurs parviennent à faire coopérer des éléphants, des tigres et des orques, vous devriez pouvoir obtenir des résultats avec votre toutou. Alors, c’est parti !


  • Commencez par des soins quotidiens et non urgents, car l’urgence provoque du stress qui sera automatiquement transmis à l’animal.

  • Permettez au chien de découvrir l’objet à son rythme avant de l’utiliser : brosse ou gant de brossage, coupe-ongle, brosse à dents, ciseaux de toilettage, etc. Ils doivent progressivement lui devenir familiers. Laissez-les à disposition afin qu’il puisse s’habituer à leur présence et les renifler autant de fois qu’il en aura envie.

  • Procédez par étape et ne contraignez jamais l’animal à franchir l’étape suivante s’il ne le souhaite pas. Obtenir le consentement du chien renforce la confiance qu’il place en vous.

  • Pensez à le récompenser à chaque progrès. 


Si vous avez du mal à mettre en place cette pratique avec votre chiot, ou que votre chien adulte retourne le cabinet du vétérinaire à chaque visite, n’hésitez pas à solliciter l’aide d’un éducateur comportementaliste canin. Il saura vous conseiller et vous proposera si nécessaire un bilan comportemental afin de comprendre où se trouve le point de blocage.


Cas pratique : Philaé et son aversion pour la brosse


Berger belge Tervueren après brossage

La famille de Philaé m’a confié son animal, car il devenait de plus en plus difficile de le brosser, un geste pourtant nécessaire à son hygiène et son bien-être.

J’ai tout d’abord constaté que la brosse utilisée était mal adaptée.

Ensuite, j’ai repéré une sensibilité sur le dos du chien pouvant expliquer pourquoi il n’appréciait pas les séances de toilettage.


À force de patience et de jeux pour que Philaé accepte à nouveau le brossage, sa famille passe dorénavant de bons moments à lui démêler le pelage en toute sérénité.


Prenez connaissance de leur témoignage !




Le bien-être de votre chien est votre priorité ? Pensez aux soins coopératifs pour vous occuper en douceur et sans contrainte de sa santé et de son hygiène, avec en plus l’opportunité de renforcer le lien affectif qui vous unit grâce à une meilleure communication.


Comme plein d’autres familles dans la Loire, contactez-nous vite si vous aussi vous voulez mettre le pied à la patte !

24 vues

Comments


Educatrice comportementaliste canin dans la Loire

bottom of page